dimanche 27 décembre 2015

Aïgo boulido





Prendre trois ou quatre gousses d'ail, les faire bouillir dans de l'eau (un gros volume) avec du laurier (deux ou trois feuilles) et du sel, et rajouter selon ce qu'il y a (selon la saison) du Chardon-Marie (excellent pour le foie, avis aux alcoolos ou lendemain de fête) de la luzerne, du plantain, des orties, ou quelques poireaux (pas trop) plus une noix d'huile d'olive... Une fois cuit (10 minutes?) rajouter encore une nous d'huile d'olive. Couper du pain sec en croûtons. Et le manger en le trempant. C'est délicieux, très vitaminé (l'ail, les orties) et anti bactéries (l'ail). Autrefois, les cévenols en mangeaient tous les soirs. Depuis que je m'y suis mise, je pète la forme.

mardi 22 décembre 2015

Bétail, volaille, putaraille !

Les termes volaille, bétail (comme en occitan putaraille) ou racaille... sont intentionnellement péjoratif: des animaux que l'on va tuer. Il importe de les dégrader avant pour qu'on n'ait pas de scrupules ! comme les femmes violées (des putes ou putaraille), des pauvres (racaille) etc...

Massacre de renards en écosse

https://plus.google.com/104553282398354948134/posts/GHtoppwr1TU
Massacre de renards en Ecosse.

La pollution électro magnétique, un blog à visiter !



Voir surtout l'article suivant sur la pollution électromagnétique. (Le fait est que depuis que je n'ai plus d'électricité, je n'ai plus de rhumatisme bien que la maison soit mal chauffée -11 à 13 degrés - que je sois souvent dehors, qu'il fasse très humide -en ce moment - et que je me lave tous les jours entièrement à l'eau froide dehors (parfois devant le chauffage de chantier et toujours après avoir scié du bois donc m'être échauffée)... ça corrobore l'article? 

The only question




The only question we have to ask you when we eat "meat" (that is to say the cadaver of an slaughtered animal, tortured to death) is : worth I ten africans? That is to say : me (or just my pleasure of two minutes) is it more valuable than the life of ten africans? If you answer "yes", you are a psychotic [or a conscient murderer.. or an "hypophrene"]
... and in any case, a bad father/mother/grand father/grand mother etc.. (even if you  don't have  child)... because you are spoiling THEIR future food, their air, their water for EVER and they will die... as all humans being and most animals ; but happily some of them -mices, cafards..- will survive and the planet also. Little by little it will rebuild itself and recover its health... =>  Our extinction will be an huge cure of rest for her ! As a heaven on Earth !
If you answer "not", you become vegan.

Note : This is how I now shall name Marie-Soph (a humanist friend, feminist, a perfect one (!) but carniste activist and proud to be -and agressive-!): Lady Dizafriken. (Lady Tenafricans). It sounds good. Or Calamity Marie Soph.

La seule question que vous devez vous poser lorsque vous mangez de la "viande" (c'est à dire des abimaux -je laisse- des animaux massacrés et souvent torturés à mort) est "est-ce que je vaux dix africains?" Est-ce que moi (ou simplement mon plaisir de dix minutes) valent la vie de dix africains?

Si vous répondez "oui" vous êtes un psychotique ou un meurtrier conscient .. ou encore un hypophrène* mais dans tous les cas, un mauvais père/mère grand père/grand mère (même si vous n'avez pas d'enfants) car vous détruisez LEUR future nourriture, leur air, leur eau surtout et ils en mourront. Comme toute l'espèce humaine et la plupart des animaux ; heureusement certains (les souris, les cafards..) survivront. La terre elle aussi se remettra de ce que nous lui avons infligé. L'extinction de l'espèce humaine sera pour elle une cure de repos, une bénédiction.

Si vous répondez "non", vous devenez végan.

Note : C'est donc ainsi que je nommerai dorénavant Marie-Soph (une pote humaniste, féministe, perfect (!) mais carniste militante proud to be her -et agressive-) : Lady Dizafriken. Ça sonne bien. Or Calamity Marie-Soph.

Robert :
Bien que d'accord avec toi sur le végétarisme dont je suis devenu pratiquant. Je pense que l'équivalence me semble fausse. Rien ne dit que ne pas manger de viande sauve la vie à 10 "africains" Hélas l'économie ne fonctionne pas comme cela. De nouveaux produits bio vont voir le jour. Plus cher et peut-être au détriment des "africains" pour satisfaire la demande des marchés occidentaux "du bien manger".
bises      

Hélène
Oui tu as raison pour le marketing qui actuellement cible les vegans "riches" des pays pollueurs. C'est pourquoi je parle dans un article précédent de "pauvricide". Mais tirer de l'eau d'un puits et par conséquent l'économiser durement ! ne pas la polluer aussi -savon à la cendre et/ou gant arabe en crêpe, compost etc.. - arithmétiquement en laisse davantage dans l'atmosphère donc aussi et surtout à ceux qui en manquent drastiquement*. Être vegan (j'ai bien dit vegan!) idem. Rien ne se crée rien ne se perd  (enfin relativement car avec la pollution justement on détruit des éléments vitaux, l'eau par exemple, inexorablement.)

*Ce point est peut-être discutable en effet et il n'y a pas de réponse absolue à la question  (?) (à ma connaissance du moins.) Indirectement certes on  ralentit le réchauffement climatique mais est-ce que l'eau que j'épargne va aller aux africains? Pas tout de suite en tout cas et pas directement. Mais tout de même mon empreinte carbone est quasi nulle, même avec 2 chiens et les 20 chats. Salut et fraternité.


Bien que d'accord avec toi sur le végétarisme dont je suis devenu pratiquant.Je pense que l'équivalence si elles sont sont médiatiquement  peut'être efficace me semble fausse; Rien ne dit que ne pas manger de viande sauve la vie à 10 "africains" Hélas l'économie ne fonctionne pas comme cela. De nouveaux produits bio vont voir le jour. Plus cher et peut'être au détriment des "africains" pour satisfaire la demande des marchés occidentaux "du bien manger".

Oui tu as raison pour le marketing qui actuellement cibke kes vegans "riches" des pays pollueurs. {Sauf que je ne comprends pas une phrase  ("l'équivalence..")} C'est pourquoi je parle dans un article précédent que je t'ai envoyé de "pauvricide". Mais tirer de l'eau d'un puits et par conséquent l'économiser durement ! ne pas la polluer aussi -savon à la cendre et/ou gant arabe en crèpe, compost etc.. - arithmétiquement en laisse davantage dans l'atmosphère donc aussi et surtout à ceux qui en manquent drastiquement*. Être vegan (j'ai bien dit vegan!) idem. Rien ne se crée rien ne se perd  (enfin relativement car avec la pollution justement on la détruit inexorablement.)
*Ce point est peut-être discutable en effet et il n'y a pas de réponse absolue à la question  (?) (à ma connaissance du moins.) Indirectement certes on ne contribue pas au réchauffement climatique donc on le ralentit mais est-ce que l'eau que j'épargne va aller aux africains? Pas tout de suite en tout cas et pas directement. Mais tout de même mon empreinte carbone est quasi nulle, même avec 2 chiens et les 20 chats de Kiki. Fière ! Salut et fraternité.  Ta femme adorée (kidilegugus).

Tu peux retrouver ces articles (humoristiques souvent pour faire passer la pilule) sur http://journalphilozoique.blogspot.fr

N'oublie pas aussi et stt le lien sur le blog d'overblog sur la pollution électromagnétique qui je pense te concerne directement. Je n'ai plus de rhumatismes depuis que je n'ai plus d'électricité et ptt il fait 10 à 13 degrés à peine chez moi et tout est humide et de plus je me lave dehors entièrement (nue) à l'eau froide (mais en ppe après avoir scié du bois ! En sueur !)


lundi 21 décembre 2015

Mecxplication en image



Voir article suivants

Les false flag, bateleurs stipendiés de l'anti spécisme et du bio, attention


Amis vegan, bio, anti spécistes ... ATTENTION !! Nous sommes aussi une CIBLE DE MARKETING ! ET DE PLUS EN PLUS JUTEUSE DONC RECHERCHÉE. Méfiez-vous des conflits d'intérêts même inattendus, par exemple un commentaire vantant indirectement un/des produit/s bio (mettons de soins ou de beauté) avec label "non testé sur des animaux"...  d'un article qui dénonçait les expérimentations sur ceux-ci par des marques citées... et du coup la palinodie indignée d'usage contre "cejifonca" les salauds etc.. Concurrence-concurrence.

C'est parfois évident. (Ils ne sont pas tous au point!) Vivent donc les produits bio sans danger et surtout surtout non testés sur des animaux n'est-ce pas ? Vouiiiii !

Sauf que lorsque vous répondez que le mieux encore est de n'en pas user du tout ! et proposez quelques recettes naturelles.... si vous obtenez une réponse condescendante appuyée typique "c'est une bonne intention mais ma pauvre amie la nature elle même est polluée.." suivie d'une proposition d'achat de divers produits (voire même de bouquins dont vous avez pour la plupart déjà lu de larges extraits) il y a gros à parier que, soit le post, soit les commentaires  (genre "j'ai essayé c'est miraculeux") soient des false flags. Des pubs déguisées ou détournées par opportunisme par des stipendiés d'autres produits (de quelqu'ordre qu'ils soient). Concurrence, les marques sont toujours à l'affût de tout ce qui peut les promouvoir ... (et, plus inattendus, apparemment les éditeurs aussi !) L'exemple type est la lettre "Nature et innovation" que l'on reçoit (sans l'avoir demandé) en mail, au style déplaisant de publicitaire faussement cordial et en même temps mégalo assertorique... mais qui parfois contient des info intéressantes... sauf que mine de rien, on vous renvoie toujours à l'achat de produits "miracles" de "leur" seule composition ou plutôt de la seule composition d'une marque précise. Exit le plantain qui pousse devant chez vous et vive le sibillum (son nom latin!) qui pousse en Inde et qui ne coûte pas si cher que ça finalement la santé n'a pas de prix etc..! Sachez le : des gens, même sur des fils ou des groupes anti spécistes perfects sont des trolls payés pour promouvoir une marchandise !

Exemple d'un false flag évident.tout à l'heure, je cite textuellement.
Contexte : après un article sur Gplus (nullement incriminé ici) dénonçant les produits de soins et de beauté testés sur des animaux, et quelques commentaires dont certains vantaient telle marque... je souligne moi même, au cours d'une réponse assez longue, que de produits de beauté on pouvait tout à fait se passer ! pour preuve j'avais donné quelques recettes à partir de plantes : pommes de terres (pour retendre les tissus); argile ; verveine (pour parfumer) ; arbouses (pour  faire un peeling) ; mucilage de cactus (pour démêler les cheveux) ; cendre et huile d'olive (pour fabriquer du savon -et du détergent- etc..)] Et voici ce que j'obtiens, après les réflexions précitées ("'ma pauvre amie, même si votre démarche est louable...  la nature aussi est ultra polluée etc... et les chemtrails" et tout le bataclan si j'ose, qu'il me fait "découvrir" sur le ton d'un prof agacé s'adressant à une débile..)

Je réponds que je le sais mais que cela n'empêche pas et j'envoie sur le fil mon blog précisément spécialisé dans ce genre de trucs.. (200 articles environ depuis trois ans) http://cueillettes.blogspot.fr A quoi il est répondu que la science évolue (!) et que... bref il faut se mettre à la page et lire (voir plus loin) (!) Précision : le dernier article du blog date d'il y a une semaine. C'est après coup que j'ai compris. Et en ouvrant mon ordinateur, re belotte, mais cette fois plus incisif encore.
 "Helene Larrive je vous suggère d'acquérir des lunettes de lecture pour lire les ouvrages (ndlr, déjà cités) que je vous recommande vivement : Additifs alimentaires "DANGER", le guide indispensable pour ne plus vous empoisonner de Corinne GOUGET Édition Chariot D'or et "vous êtes fous d'avaler ça" de Christophe BRUSSET édition Flamarion Documents !!! Des livres très sérieux qui vont permettront de faire de bons choix alimentaires pour être en meilleure santé.  Car on est ce que l'on mange et la santé n'a pas de prix !!! Belle journée." (Souligné par moi). Visiblement, "Chariot d'or" (?) et même le bon vieux "Flam" sont en recherche de clients ! Inacceptable. Et maladroit, la formule de vulgaire publicitaire bateleur que l'on retrouve partout "la santé n'a pas de prix... le fromage n'a pas de prix... l'élégance n'a pas de prix... la beauté n'a pas de prix.. le bonheur n'a pas de prix" etc...

vendredi 18 décembre 2015

Le chien mange nos cacas, laissez faire.. Le meilleur des mondes

Tous les maîtres de chiens l'ont remarqué (avec dégoût tout de même) : même le joli toutou de Marie Soph toiletté perfect adore manger des crottes (les nôtres surtout). Avec délices. Les WC sont ses endroits de prédilection. Ou popo si c'est ainsi que vous pratiquez. Prenez garde si bébé a "fait".. de ne pas vous retourner trop longtemps pour le nettoyer, vous risquez de ne plus rien retrouver en revenant sauf un pot nickel et le toutou à côté qui s'en lèche encore les babines de satisfaction.

"NON ! arrête, c'est dégueu etc"... sont les épithètes consacrées... D'accord ce n'est pas engageant... mais c'est il a peut-être raison. Dans la nature, les jeunes mangent les selles de leur mère (et vice versa, mais en ce cas ce serait plutôt pour cacher leur odeur à d'éventuels prédateurs qui adorent croquer des bébés tendres et goûteux). Les jeunes mammouths que l'on trouve congelés à présent que les glaces fondent ont souvent encore dans leur estomac des selles de leur mère. Ils se créent (et profitent ainsi) de ses anticorps spécifiques.. et en fabriquent d'autres perso contre les antigènes (microbes) de celle-ci (c'est une sorte de vaccin naturel) : un écosystème qui leur permettra de ne pas être malades et de réagir comme elle (avec les mêmes anticorps) contre des microbes "étrangers".

C'est probablement ce qui se passe en ce qui concerne le chien et nous (il est plus fragile sur un certain plan -vis à vis de nos microbes que nous vis à vis des siens et lorsqu'on avertit les maîtres de ne jamais mélanger les couverts par "hygiène", c'est exact... mais en fait, surtout pour lui !-) Donc il a besoin de se "vacciner" lui-même (c'est à dire d'ingérer à petites doses) contre nos microbes (et de profiter par notre caca de nos anticorps, tout comme le petit mammouth le faisait pour sa mère.) Laissons les faire... et n'y pensons pas trop lorsqu'ensuite il vous fait gentiment de grosses léchouilles passionnées.

_______________________

LE MEILLEUR DES MONDES, C'EST MAINTENANT !

Je reviens de Lidle (un petit supermarché pour proles de St Ambroix). Désespérée.
1 Rien de possible lorsqu'on est végan : il y du lait ou des œufs partout, gâteaux, petits pains, même dans le pistou pour les pâtes ... 2 Rien de possible en général : il y a des "E" partout (voire en certains cas -produits étrangers- PAS DE COMPOSITION du tout, comme ça, tranquille!) Parfois davantage de E que du produit si bien qu'on devrait écrire sur l'étiquette : "E 123 ; E 140 ; E 300 ; E 156 ; E 160.. et sauce de tomates ;  et à la place de "supermarché alimentaire",  "produits chimiques et aliments".

Cela ressemble à une sorte de génocide-à-terme ou plutôt de pauvricide. Les gens achètent, achètent, remplissent les sacs vite fait sans regarder.. Pas de musique d'ambiance ici, juste des publicités orales genre : "cher clients, pour les fêtes , Lidle a pensé à vous ! n'oubliez pas de profiter de notre promotion exceptionnelle sur les saucisses.. 4 E le pack de dix au lieu de.. il en reste encore mais plus pour longtemps.."

Tout est axé sur la rapidité. Apparemment ça convient à tout le monde. On vient pour se remplir. Point. Des potes parfois. Je leur dis que c'est plein de cochonneries toxiques. Réponse : "oui mais on n'a pas le temps de regarder... et il faut bien manger quelque chose !" ou "si on s'arrête à ça, on n'en finit pas." (On en finira peut-être plus vite que tu ne crois mais bon..)

Presque tous, est-ce un hasard? sont malades. "Une grippe pas possible, j'ai pas dormi de la nuit".. "Je ne sais pas trop ce qu'ont les gamins, (ndlr, ses petits enfants) une allergie peut-être? Ils ne font que tousser. Le toubib leur a donné des antibiotiques à tout hasard, ça a servi à rien sauf leur donner la chiasse en plus, j'ai pris plein de yaourts il dit que ça arrange les choses.. sinon il m'a ordonné du smecta.. mais ça les fait vomir."

En fait, ce n'est pas seulement par l'argent que se fait la sélection (au sens malthusien du terme !) mais par le temps. Ils sortent du boulot. Crevés. Vite ils ont envie d'aller se caler au chaud sur leur canapé (il s'agit de travailleurs manuels) avec quelque chose à se mettre sous la dent. Et hop et hop et hop. Ma chance est d'avoir le temps, de lire aussi (les compositions sont écrites en tout petits caractères et certains ne lisent pas très bien, soit presbytes -soit ici quasiment analphabètes ou illettrés). Fatigue. Désinformation, bourrage de crâne.

Et tout s'enchaîne : obésité parfois, et/ou maladies diverses.. et, dans tous les cas, inéthique : on mange de la "viande" parce que "ça se fait"... "sinon on ne peut pas". Et on est complice de "ce qui se fait". De ce qui se fait aux animaux aussi. (Et pourtant, qu'est ce qu'on les "zémelézanimo".) ON EST VICTIME ET COMPLICE À LA FOIS (de la torture, de l'horreur car cela se passe tout près de la désormais célèbre Alès-sur-abattoirs)... Et on nourrit ces fils de p. qui leur proposent (non, les forcent) À ACHETER ces poisons (auxquels eux ne touchent pas, pas fous les minous.) ON NE TIRE PLUS SUR LE PEUPLE COMME DANS "GERMINAL", ON LE CONDUIT À S'EMPOISONNER LUI-MÊME, UNE MANIÈRE SUBTILE DE S'EN DÉBARRASSER LORSQU'IL DEVIENT TROP NOMBREUX, TROP ENCOMBRANT, TROP INUTILE... TOUT EN SE FAISANT DU BLÉ... manière bien plus astucieuse et moins salissante que les coups de feu. Une stratégie axée sur le seul profit immédiat d'un petit nombre dont la clef de voûte est d'affaiblir (et in fine d'éliminer) les indésirables comme "êtres pensants" ... mais fort utiles comme "êtres suants". Sauf que voilà, à présent de boulot, il n'y a plus, donc ils deviennent inutiles, coûteux... et surtout dangereux (comme tous les affamés), il faut donc les nourrir... mais au plus bas coût possible,et en faisant du bénéf évidemment. C'est à dire en les empoisonnant à terme. Une pierre, trois coups : ce sera toujours ça de moins à payer... et ça de plus à gagner (aussi) pour les labos fabricants et vendeurs de médocs souvent inefficaces voire toxiques... ce qui est aussi dans la ligne. Une pierre, quatre coups.

Un pauvricide ? Pas total : il faut bien qu'il en reste, des pauvres, pour qu'ils consomment, écoulent les pesticides et rapportent encore. Mais cela ne pose pas problème car malgré tout, ils se reproduisent assez bien... et aucazou, (si par hasard il y avait une relance économique et encore besoin de quelques "suants") la relève est prête. Ça tourne rond : le collège du bled (comme toute l'Educ mais à des niveaux différents) est assez médiocre, profs pas remplacés, élèves "difficiles", (et si la bouffe était en cause? Simple hypothèse), absentéisme record etc.. Cela aussi tombe bien : ça fera de la réserve de "E bouffeurs" en tout genre et de "suants" s'il reste quelques boulots à accomplir.

Fred : Business is business... cela dit, je pense que ça se fait tout seul.. Mais une note d'espoir : le cancer aidant, il aura peut-être une prise de conscience un jour ou l'autre.. Des contrôles, et des obligations aussi, peut-être... Lidl est bien fait, ils distribuent partout leurs prospectus de promos comme accroche... "Comment allez-vous? " devient "késkizonenpromoalidlcetsemèn?" .. qui sont les nouvelles Bibles. Les gens font des kilomètres pour venir chercher un ou deux trucs dont on leur a vanté sur brochures (ou qu'ils ont vus sur le net) essentiellement la modicité du prix (!) (qu'il s'agisse de chauffe biberon pour un ado ou de fer à défriser pour un chauve)... et ensuite ils achètent leurs caillettes à base de bouse de vache, hum, ce fumet...
Oui, plus on est fatigué, plus on déprime, plus on a besoin de 'se consoler', et faire une 'bonne affaire' est aussi quelque chose de réconfortant : vu qu'ils font les 3 packs de coca ou plutôt de E plus autre chose.. à 15 euros, et le kilo de fricadelles à 2.5.. pour les gogos, ça en fait... à gogo ! pour toute la semaine, pour tout juste 10 E, une aubaine. (Et plus : cela encourage voire contraint à la suralimentation.)

Caro : "C'est ça, c'est un pauvricide... on a d’abord fabriqué des hypophrènes (des gens à l'activité cérébrale limitée) pour qu'ils ne se rebellent pas (école + médias)... ensuite on les a fait voter pour des lois en faveur du chômage de masse et on a créé  la mal bouffe, la norme perverse, les antidépresseurs et l'oncologie en simultané...TOUT BENEF...

jeudi 17 décembre 2015

Le meilleur des mondes c'est maintenant



LE MEILLEUR DES MONDES, C'EST MAINTENANT
Je reviens de Lidle (un petit supermarché pour proles). 1 Rien de possible lorsqu'on est végan : il y du lait ou des œufs partout, gâteaux, petits pains, même pistou ... 2 Rien de possible en général : il y a des E également partout (voire en certains cas, PAS DE COMPOSITION du tout, comme ça, tranquille!) Cela ressemble à une sorte de génocide-à-terme ou plutôt de pauvricide. Les gens achètent, achètent, remplissent les sacs vite fait sans regarder.. Pas de musique d'ambiance ici. Tout est axé sur la rapidité. Apparemment ça convient à tout le monde. On vient pour se remplir. Point. Des potes parfois. Je leur dis que c'est plein de cochonneries toxiques. Réponse "oui mais on n'a pas le temps de regarder... et il faut bien manger quelque chose.." ou "si on s'arrête à ça on n'en finit pas." (On en finira peut-être plus vite que tu ne crois mais bon..) En fait ce n'est pas seulement par l'argent que se fait la sélection (au sens malthusien du terme!) mais par le temps. Ils sortent du boulot. Vite ils ont envie d'aller se caler sur leur canapé (il s'agit de travailleurs manuels) avec quelque chose à se mettre sous la dent. Et hop et hop. Ma chance est d'avoir le temps, de lire aussi (les compositions sont écrites en tout petits caractères et ici il y a des gens qui ne lisent pas très bien -quasiment analphabètes). Et tout s'enchaîne : obésité parfois, maladies.. et, dans tous les cas, inéthique : on mange de la "viande" parce que ça se fait... sinon on ne peut pas. Et on est complice de "ce qui se fait". De ce qui se fait aux animaux ici. ON EST VICTIME ET COMPLICE À LA FOIS (de la torture, de l'horreur car cela se passe tout près de la désormais célèbre Alès-sur-abattoirs)... Et on nourrit ces fils de p. qui nous proposent (nous forcent) À ACHETER ces poisons  (auxquels eux ne touchent pas, pas fous les minous.) ON NE TIRE PLUS SUR LE PEUPLE COMME DANS GERMINAL, ON LE CONDUIT À S'EMPOISONNER LUI-MÊME. UNE MANIÈRE SUBTILE DE S'EN DÉBARRASSER LORSQU'IL DEVIENT TROP NOMBREUX, TROP ENCOMBRANT, TROP INUTILE... TOUT EN SE FAISANT DU BLÉ... bien plus astucieuse et moins salissante que les coup de feu. Une stratégie axée sur le seul profit immédiat d'un petit nombre qui a choisi pour méthode d'affaiblir (et in fine d'éliminer) les indésirables comme êtres pensants ... mais fort utiles comme êtres suants. Utiles, oui...mais seulement quand on en a besoin. Sinon ils deviennent coûteux et dangereux. C'est le cas : ya plus trop de travail : ça tombe bien, ce sera toujours ça de moins à payer. (Et ça de plus à gagner pour les labos fabricants et vendeurs de médocs souvent inefficaces voire toxiques... ce qui est aussi dans la ligne.) Un pauvricide ? Pas totalement, il faut des pauvres pour qu'ils consomment et rapportent encore. Mais rien risque : malgré tout, ils se reproduisent bien : aucazou, la relève est prête. Tout s'imbrique au poil : le collège du bled (comme toute l'Education Nationale mais à des niveaux différents) est médiocre. Cela aussi tombe bien : ça fera de la réserve de gogos consommateurs de merde et de sueurs s'il reste quelques boulots à accomplir.


Fred : Business is business... cela dit je pense que ça se fait tout seul.. Mais une note d'espoir: le cancer aidant, il aura peut être une prise de conscience un jour ou l'autre.. Des contrôles, et des obligations aussi, peut être... lidl est super bien fait, les gens font des kilomètres pour venir chercher un ou deux trucs qu'ils ont vu sur le net, et ensuite ils achètent leur caillettes a base de bouse de vache, hum, ce fumet...
Oui plus on est fatigue, plus on déprime, plus on a besoin de 'se consoler', et faire une 'bonne affaire' est aussi quelque chose de réconfortant: vu qu'ils font les 3 packs de coca a 15 euros, et le kilo de fricadelles à 2.5.. Ça en fait à gogo pour toute la semaine, pour tout juste 10 euros!

Le cri de la carotte qu'on arrache


Amies végan. Combien de fois vous a t on dit : LE CRI DE LA CAROTTE QU ON ARRACHE ? Je les compte. Depuis un mois, j'en suis à 40. Seulement issu de mecs. Avec un petit air de supériorité identique, à  croire que c'est dans le chromosome "y" qui leur cause bien des soucis par ailleurs. Hier un assez .. disons possible à la rigueur. Plouf. Sachez le les mecs intéressés (vaguement) par un dame vegan. Sex apeal tombé de dix point d'un coup.

LE MEILLEUR DES MONDES, C'EST MAINTENANT
Je reviens de Lidle (un petit supermarché pour proles). 1 Rien de possible lorsqu'on est végan : il y du lait ou des œufs partout, gâteaux, petits pains, même pistou ... 2 Rien de possible en général : il y a des E également partout (voire en certains cas, PAS DE COMPOSITION du tout, comme ça, tranquille!) Cela ressemble à une sorte de génocide-à-terme ou plutôt de pauvricide. Les gens achètent, achètent, remplissent les sacs vite fait sans regarder.. Pas de musique d'ambiance ici. Tout est axé sur la rapidité. Apparemment ça convient à tout le monde. On vient pour se remplir. Point. Des potes parfois. Je leur dis que c'est plein de cochonneries toxiques. Réponse "oui mais on n'a pas le temps de regarder... et il faut bien manger quelque chose.." ou "si on s'arrête à ça on n'en finit pas." (On en finira peut-être plus vite que tu ne crois mais bon..) En fait ce n'est pas seulement par l'argent que se fait la sélection (au sens malthusien du terme!) mais par le temps. Ils sortent du boulot. Vite ils ont envie d'aller se caler sur leur canapé (il s'agit de travailleurs manuels) avec quelque chose à se mettre sous la dent. Et hop et hop. Ma chance est d'avoir le temps, de lire aussi (les compositions sont écrites en tout petits caractères et ici il y a des gens qui ne lisent pas très bien -quasiment analphabètes). Et tout s'enchaîne : obésité parfois, maladies.. et, dans tous les cas, inéthique : on mange de la "viande" parce que ça se fait... sinon on ne peut pas. Et on est complice de "ce qui se fait". De ce qui se fait aux animaux ici. ON EST VICTIME ET COMPLICE À LA FOIS (de la torture, de l'horreur car cela se passe tout près de la désormais célèbre Alès-sur-abattoirs)... Et on nourrit ces fils de p. qui nous proposent (nous forcent) À ACHETER ces poisons  (auxquels eux ne touchent pas, pas fous les minous.) ON NE TIRE PLUS SUR LE PEUPLE COMME DANS GERMINAL, ON LE CONDUIT À S'EMPOISONNER LUI-MÊME. UNE MANIÈRE SUBTILE DE S'EN DÉBARRASSER LORSQU'IL DEVIENT TROP NOMBREUX, TROP ENCOMBRANT, TROP INUTILE... TOUT EN SE FAISANT DU BLÉ... bien plus astucieuse et moins salissante que les coup de feu. Une stratégie axée sur le seul profit immédiat d'un petit nombre qui a choisi pour méthode d'affaiblir (et in fine d'éliminer) les indésirables comme êtres pensants ... mais fort utiles comme êtres suants. Utiles, oui...mais seulement quand on en a besoin. Sinon ils deviennent coûteux et dangereux. C'est le cas : ya plus trop de travail : ça tombe bien, ce sera toujours ça de moins à payer. (Et ça de plus à gagner pour les labos fabricants et vendeurs de médocs souvent inefficaces voire toxiques... ce qui est aussi dans la ligne.) Un pauvricide ? Pas totalement, il faut des pauvres pour qu'ils consomment et rapportent encore. Mais rien risque : malgré tout, ils se reproduisent bien : aucazou, la relève est prête. Tout s'imbrique au poil : le collège du bled (comme toute l'Education Nationale mais à des niveaux différents) est médiocre. Cela aussi tombe bien : ça fera de la réserve de gogos consommateurs de merde et de sueurs s'il reste quelques boulots à accomplir.


Fred : Business is business... cela dit je pense que ça se fait tout seul.. Mais une note d'espoir: le cancer aidant, il aura peut être une prise de conscience un jour ou l'autre.. Des contrôles, et des obligations aussi, peut être... lidl est super bien fait, les gens font des kilomètres pour venir chercher un ou deux trucs qu'ils ont vu sur le net, et ensuite ils achètent leur caillettes a base de bouse de vache, hum, ce fumet...
Oui plus on est fatigue, plus on déprime, plus on a besoin de 'se consoler', et faire une 'bonne affaire' est aussi quelque chose de réconfortant: vu qu'ils font les 3 packs de coca a 15 euros, et le kilo de fricandelles à 2.5.. Ça en fait a gogo pour toute la semaine, pour tout juste 10 euros!

mercredi 16 décembre 2015

Retour de liddle. Un pauvricide ! Le comble de l'indécénce : Marguerite en image pour vanter des produits de son assassinat



Je reviens de Lidle. 1 Rien de possible lorsqu'on est vegan : il y du lait ou des œufs partout. 2 Rien de possible en général : il y a des E partout (voire en certains cas, PAS DE COMPOSITION comme ça tranquille!) Je pense sérieusement à une sorte de génocide soft, de pauvricide plutôt. Les gens achètent achètent sans regarder.. Des potes parfois. Je leur dis que c'est plein de cochonneries toxiques. Réponse "oui mais on n'a pas le temps de regarder;.. et il faut bien manger quelque chose.." En fait ce n'est pas seulement par l'argent que se fait la sélection mais par le temps. Ils sortent du boulot; Vite ils ont envie de se caler sur leur canapé (il s'agit de travailleurs manuels). Et hop et hop. Ma chance est d'avoir le temps, de lire aussi (c'est écrit tout petit et il y a des gens qui ne lisent pas très bien). Et tout s'enchaîne : obésité parfois, maladies.. ou simple distorsion éthique : on mange de la "viande" parce que ça se fait... sinon on ne peut pas. Et on est complice de ce qui se fait. (Abattoir, torture)... Et on nourrit ces fils de p. qui nous proposent ces poisons -à acheter !!- Oui, c'est une sorte de calcul pour affaiblir (et in fine éliminer) les indésirables comme être pensants (mais fort utiles comme êtres bossant -physiquement-).

Carnisme et santé !


La question qu'on devrait se poser est : est-ce que je vaux dix africains (lorsqu'on commande un steak. C'est tout. Si oui, c'est qu'on en tient une belle. Si non, c'est qu'on est un assassin décomplexé. Heu-reux !
En Afrique, des femmes et les enfants sont condamnés à parcourir 42 kilomètres par semaine -soit la distance du marathon de Paris- pour se fournir en eau potable.
http://www.huffingtonpost.fr/2015/04/23/marathon-paris-eau-gambie-siabatou-sanneh_n_7125644.html

"L'élevage renforce plus l'effet de serre que les véhicules, et c'est la seconde cause du réchauffement climatique derrière la pollution industrielle", peut-on lire sur leur site internet.  Au niveau mondial, un être humain consommerait en moyenne selon cette étude : 11 vaches, 27 cochons, 30 moutons, 80 dindes, 2 400 poulets et 4 500 poissons. Un bilan qui ne prend pas en compte certains animaux comme les lapins, les canards ou tout autre être vivant pouvant potentiellement finir dans une assiette. On peut donc aisément ajouter 500 autres animaux aux 7 000 qui passeraient à la casserole selon cette étude. http://www.sudouest.fr/2015/03/13/combien-d-animaux-mange-t-on-au-cours-d-une-vie-1858508-6095.php

De plus c'est malsain:
Intestin : le nôtre fait 10 m de long alors que celui des carnivores est court. Il nous permet la digestion des sucres et nutriments et le leur de digérer rapidement la chair avant qu’elle ne se décompose. Lorsqu'un humain mange de la viande, elle stagne looooongtemps dans son intestin, putréfie, et provoque des gaz (appétissant !) Les carnivores peuvent digérer des microbes qui nous tueraient (ils ne nettoient pas leurs proies, et peuvent avaler tous les débris organiques, saletés.. et les mangent crues.) L'uricase ses carnivores (une enzyme qui décompose l’acide urique de la chair) est absente chez l’Homme.  Les gens qui mangent de la viande doivent neutraliser cet acide fort avec leurs minéraux alcalins, surtout le calcium. (D'où risque d'ostéoporose). L’excès d’urée provoque des crises de goutte, de l’arthrite, des rhumatismes.

Le chien et l'homme, un tandem parfait


La domestication du chien est la plus ancienne qui soit : elle remonte au paléolithique, période qui commence il y a 3 millions d'années (Lucy) et s'achève il y a 12 000 ans, incluant l'apparition de l'homo habilis puis celle de l'homo sapiens, d'abord le néandertalien et ensuite il y a 200 000 ans, le cromagnon (c'est à dire nous).  Elle précède de très loin la domestication de toute autre espèce ainsi que celle de l'agriculture et de la sédentarisation de l'homme.

En réalité, elle est encore bien plus ancienne en ce qui concerne  l'espèce "canidé lupus" (le loup) dont le chien s'est séparé il y a seulement 15 000 à 20 000 ans et qui possède avec lui 99% de patrimoine génétique commun (ils sont inter féconds donc il y a des croisements et création de multiples variations voire "espèces" intermédiaires dont le superbe Berger d'Anatolie, ce molosse qui chasse les ours -et les loups- et qui  actuellement est essentiellement végétarien.) En fait, tout chien, même le petit bichon à noeud-noeud à son pépère ou sa mémère est un loup qui a évolué en chien puis en diverses sous-espèces, soit naturellement soit par la sélection génétique infligée par l'homme.

Un cas unique : dans l'évolution des espèces, l'homme et le chien ont constitué une sorte de tandem  dont chaque élément s'est modifié parallèlement et en totale symbiose avec l'autre. Le loup (pur) de l'homme de Néandertal est ensuite devenu "chien" ... tandis que (beaucoup plus tôt) l'homme de Néandertal est "devenu" Cromagnon ... ou plus exactement, a été éliminé par celui-ci après avoir coexisté avec un certain temps ... (éliminé c'est à dire peut-être génocidé et mangé... à moins, qu'inter féconds, ils aient constitué une espèce intermédiaire qui tiendrait génétiquement des deux.. voire les deux hypothèses à la fois.)
C'est peu de dire que ces deux races (homme et chien) sont proches, elles semblent avoir vécu et évolué en osmose : au cours de ces millénaires de proximité totale, elles ont développé et accentué leurs traits initiaux complémentaires afin de s'adapter l'une à l'autre... pour le meilleur des deux, de l'homme comme du chien (ou du loup).

Le loup au départ devait garder le logis (la caverne ou le campement). Le hasard et la nécessité ; au commencement, il est probable qu'un louveteau orphelin a été adopté et domestiqué.. par un enfant (?) néandertalien (des cueilleurs- chasseurs, mais surtout cueilleurs) ... puis, devant les services rendus, la coutume se serait installée. Il tenait chaud (c'était avant la découverte du feu et les températures étaient extrêmement basses) et il pouvait aider à la chasse. En échange il était nourri régulièrement voire soigné (et vice versa, la salive du chien -donc aussi celle du loup- a des propriétés actuellement reconnues : anti inflammatoires, bactéricides et cicatrisantes... et sans doute d'autres encore que nous ignorons, voir article précédent.) Le néandertalien (dont, rappelons le, le cerveau était plus gros que le nôtre) s'en était-il aperçu? Avait-il senti que cela pouvait être bénéfique ? (Les mères louves léchaient bien leur petits.) C'est évident. Cet instinct, nous l'avons en partie perdu, pas totalement pourtant, surtout ceux qui vivent près de la terre. Leur vie était rude : le froid, les bêtes fauves, pas encore de vêtements, et peu de poils cependant (même s'ils étaient plus velus que le cromagnon).. des enfants sans doute en série, un mode de vie qui nécessitait des déplacements constants.. le loup (qui, même domestiqué, devait aussi par instinct chasser pour son compte comme le font nos toutous actuels) était plus qu'utile. Ramenait-il parfois ses proies à ses maîtres? L'avaient-ils dressé pour cela? L'avait-il fait simplement par gentillesse comme notre Minou actuel lorsqu'il nous rapporte fièrement, dans notre lit, des souris sans têtes? C'est évident. Et puis, lui pouvait chasser sous la neige et sur de très longues distances, flairer les proies, les débusquer, les tuer d'un coup ; pas l'homme, mal outillé, qui risquait sa vie à chaque chasse.

Cela explique peut-être la relation très particulière que, par une sorte de conscience collective réminiscente, nous entretenons avec lui, du moins certains d'entre nous.. car la "civilisation", celle de l'Hygiène, de la technique, de Fukushima et des camps de la mort (les japonais comme les allemands sont des gens très propres) nous a fait oublier notre passé, le dénigrer et rejeter avec un imbécile mépris ce qu'il a d'irremplaçable, y compris pour notre bien-être voire notre survie. Le chien (et les animaux en général) font parti de la charrette. L'homme est un animal dénaturé qui, autour de lui, dénature (tue) TOUT ... et qui, sans en avoir conscience, se suicide et va disparaître.

Une image :
On peut supposer que c'est un enfant néandertalien qui, ayant trouvé un bébé loup affamé  demanda à sa mère de le garder (et non de le manger, ce qui devait être l'usage)... et que celle-ci a cédé... Puis, entre deux accouchements, elle s'est rendue compte que le petit loup était devenu un compagnon fidèle, affectueux.. et un gardien irremplaçable pour les gamins que, entre cueillettes, surveillance du campement contre des tigres à dent de sabre (!) les bébés en série, l'allaitement (notre ancêtre était plus surmenée qu'une cadre sup des télécoms à Paris), elle ne pouvait avoir à l'oeil à tout instant. Il lui rendait de sacrés services. De surcroît, devenu gros (et peut-être en partie vegan .. comme les bergers d'Anatolie qui pèsent entre 55 et 70 kg) il tenait chaud aux bébés qu'il léchait consciencieusement .. ce qui guérissait leurs plaies. Elle a donc été suivie par d'autres. Puis le petit loup, devenu adulte, est ensuite allé batifoler ou, s'il s'agissait d'une femelle, des mâles sont venus lui présenter leurs hommages ... (tout comme nos toutous actuels)... Et la voilà prégnante : il y a gros à parier qu'au campement, on s'est arraché les petits d'une telle valeur. (Peut-être même a-t-on a tenté de tuer des mères sauvages pour s'en procurer ? car tel est l'homme.) Et le loup, qui ensuite devint chien, s'est installé dans nos domiciles pour toujours. De plain droit.
--------
Une étude est en cours pour vérifier (et expliquer?) pourquoi les gens qui vivent près des chiens en général semblent mieux se porter et mieux résister aux microbes environnants entre autre.
"Nous avons co-évolué avec les chiens au fil des millénaires, mais personne ne comprend vraiment ce qu'est cette relation chien-humain qui fait que nous nous sentons bien en leur présence. Est-ce seulement parce qu'ils sont aimants, doux et que nous aimons les caresser, ou y a-t-il quelque chose d'autre qui se passe biologiquement (sous la peau) ? La question est vraiment de savoir si la relation entre les chiens et les humains existe sous la peau. Et nous pensons que c'est le cas" (Kim Kelly, étudiante en anthropologie et co-auteure de l'étude.)

Article associé (la salive du chien)

mardi 15 décembre 2015

La salive de chien, c'est bien !

Les sciant-tiques ont découvert l'eau tiède. On le savait bien sur, mais c'est trouvé... euh, prouvé..


La salive du chien, un pouvoir de cicatrisation, et anti inflammatoire

Des biologistes américains viennent de confirmer les propriétés cicatrisantes d'une protéine naturelle contenue dans la salive ce qui ouvre bien des perspectives thérapeutiques en dermatologie et en chirurgie. Les blessures non cicatrisées s'accompagnent souvent sur le plan local d'une dégradation de protéines et d'une surinfection par des bactéries. De récents travaux* laissent aujourd'hui penser que l'arsenal thérapeutique dont nous disposons pour les guérir pourrait prochainement s'enrichir. Cela grâce aux propriétés inhabituelles d'une petite protéine dotée de pouvoirs multiples trouvée dans de nombreux milieux biologiques.

Cette substance, au nom  de SLPI (ou secretory leukocyte protease inhibitor), se comporte comme un anti-inflammatoire mais, elle s'oppose aussi à la dégradation de nombreuses protéines naturellement présentes dans le corps, et plus particulièrement de la peau. Par ailleurs, elle est impliquée dans les défenses contre les agents microbiens de diverses natures, virus, bactéries, champignons. En raison de l'importance de son rôle, on la trouve dans de nombreux endroits de l'organisme, comme le liquide séminal, les muqueuses revêtant les bronches ou la salive. Elle existe aussi à l'état normal à l'intérieur des cellules de la peau.

L'influence cicatrisante de cette protéine qui avait été déjà suspectée  vient d'être confirmée par  les biologistes de l'institut de la santé américain de Béthesdacette par une série d'expériences. (Ils ont fabriqué des souris dépourvues de cette protéine et ont ensuite observé que leurs plaies se fermaient plus lentement que celles d'autres, tout comme si, chez ces animaux, une dégradation trop forte de protéines comme le collagène, empêchait la formation d'un nouveau tissu de réparation au niveau des berges de la plaie. Puis il ont appliqué la protéine sur la peau de ces souris en deux jours, elles ont retrouvé leurs facultés de cicatrisation naturelle t les plaies ont guéri.)

Si les résultats de ces travaux sont confirmées, ils pourraient déboucher sur des applications chez l'homme lors de plaies chroniques, (ulcères souvent très difficiles à guérir, personnes âgées victimes de plaies...) Enfin, on ne peut exclure qu'elle ne puisse un jour contribuer à la lutte contre le vieillissement cutané en s'opposant à la dégradation des protéines de la peau  sans compter ses propriétés anti-infectieuses.

On comprend enfin pourquoi les animaux se lèchent ! la protéine SPLI est présente dans la salive, ce ce qui montre une fois de plus que la nature nous a munis de substances protectrices : nombreux sont les animaux qui lèchent leurs plaies : ce comportement a pour but d'accélérer la cicatrisation ou d'éviter une infection surajoutée. Et lorsque vos enfants vous demandent d'embrasser leurs "bobos", c'est peut être judicieux..

D'après le dr Corinne Tutin
Sources : * Nature Medicine, octobre 2000, vol. 6, n° 10, p. 1147-1153

Article associé
http://journalphilozoique.blogspot.com/2015/12/le-chien-et-lhomme-une-osmose-parfaite.html
ou mieux
http://journalphilozoique.blogspot.com/2015/12/le-chien-et-lhomme-un-tandem-parfait.html

Le chien et l'homme, une osmose parfaite.

La domestication du chien remonte au paléolithique, période qui commence il y a 3 millions d'années (Lucy) qui s'achève il y a 12000 ans et qui inclut l'apparition de l'homo habilis et ensuite celle de l'homo sapiens, néandertalien puis cro magnon (nous) il y a 200 000 ans,  Elle précède de très loin la domestication de toute autre espèce et celle de l'agriculture et de la sédentarisation de l'homme.

En réalité elle est bien plus ancienne encore si on prend celle de l'espèce "canidé lupus" (le loup) dont le chien s'est séparé il y a seulement 15 000 ans et qui possède avec lui 99% de patrimoine génétique commun (ils sont inter féconds donc on a des croisements et création dé multiples variations voire "espèces" intermédiaires dont le superbe  Berger d'Anatolie.) En fait, le chien, même le petit bichon à noeud-noeud à son pépère ou mémère est un loup qui a évolué en diverses sous-espèces, soit naturellement soit par la sélection génétique issue de l'homme.

Et il a évolué parallèlement à l'homme et avec lui ! Le loup (pur) de l'homme de Néandertal étant devenu "chien" tandis que celui-ci est plus tard devenu cro magnon (c'est à dire "nous".) C'est peu de dire que ces deux races (homme et chien) sont proches, elles semblent totalement osmotiques : au cours de ces millénaires de proximité totale, elles ont développé et accentué à l'extrême leurs traits initiaux complémentaires pour s'adapter parfaitement l'une à l'autre... pour le meilleur des deux : pour l'homme comme pour le chien (ou le loup). Le loup au départ devait garder le logis (la caverne ou le campement).
Comment cela s'est-il passé? Au commencement, il est probable qu'un louveteau orphelin a  été adopté et domestiqué (par un enfant? néandertalien (des cueilleurs-chasseurs, surtout cueilleurs) ... puis, devant les services rendus, la coutume se serait installée. Il tenait chaud (n'oublions pas qu'on était avant le feu et que les températures étaient extrêmement basses). Et il pouvait aider à la chasse. En échange il était nourri régulièrement voire soigné (et surtout vice versa, la salive du chien -donc aussi celle du loup- a des propriétés actuellement reconnues : anti inflammatoire, bactéricides et cicatrisante... et sans doute d'autres encore que nous ignorons.) Le néandertalien (dont, je le rappelle au passage, le cerveau était plus gros que le nôtre!) s'en était-il aperçu? C'est évident. Leur vie était rude : le froid, les bêtes fauves, pas encore de vêtements, et peu de poils cependant (même s'ils étaient plus velus que le cro magnon).. des enfants sans doute en série, l'aléatoire d'une survie qui nécessitait des déplacements constants.. le loup (qui, même domestiqué, devait aussi par instinct chasser pour son compte comme le font nos toutous actuels !) était plus qu'utile. Ramenait-il parfois ses proies à ses maîtres? L'avaient-ils dressé à cela? L'avait-il fait par instinct (et générosité) comme notre Minou actuel lorsqu'il nous rapporte gentiment en cadeau des souris sans têtes dans votre lit? C'est évident. Et puis lui pouvait chasser sous la neige et sur de très longues distances, flairer les proies, les débusquer, les tuer d'un coup. Pas l'homme, qui risquait sa vie à chaque chasse. Cela explique peut-être la relation très particulière que, par une sorte de conscience collective réminiscente, nous entretenons avec lui du moins certains car la "civilisation" (je veux dire celle de Fukushima et des camps de la mort) nous a fait oublier notre passé voire le dénigrer et rejeter avec un mépris imbécile ce qu'il a d'irremplaçable pour nous. Le chien (et les autres animaux) font parti de la charrette. L'homme est un animal dénaturé et qui dénature (tue) tout autour de lui... et qui pour cela se suicide et va disparaître.

Une image :
On peut supposer que c'est un enfant néandertalien qui, ayant trouvé un bébé loup affamé et demandé à sa mère de le garder (et non de le manger, ce qui devait évidemment arriver), celle ci a cédé et, entre deux accouchements, s'est rendue compte que le petit loup était devenu un compagnon affectueux pour le/s gamin/s dont elle n'avait pas le temps de s'occuper. De plus, un gardien efficace ! Il lui rendait bien des services ; entre cueillettes, surveillance du campement contre des tigres à dent de sabre, les bébés etc.. notre ancêtre était aussi surmenée qu'une cadre sur des télécoms à Paris. De surcroît, devenu gros (et peut-être en partie vegan  -comme les bergers d'Anatolie qui pèsent entre 55 et 70 kg!-) il tenait chaud aux bébés qu'il léchait consciencieusement.. ce qui guérissait souvent leurs plaies. Elle a aussitôt été suivie par d'autres mamans. Le petit loup (ou louve) est ensuite allé batifoler tout comme nos bons toutous actuels... et est revenu/e prégnante : il y a gros à parier qu'on s'est littéralement arraché les petits. (Peut-être même qu'on a tenté de tuer des mères pour les leur voler car tel est l'homme.)

Une étude est en cours pour vérifier (et expliquer?) pourquoi les gens qui vivent près des chiens en général semblent mieux se porter et résister aux microbes environnants entre autre.
"Nous avons co-évolué avec les chiens au fil des millénaires, mais personne ne comprend vraiment ce qu'est cette relation chien-humain qui fait que nous nous sentons bien en leur présence. Est- ce seulement parce qu'ils sont doux et que nous aimons les caresser, ou y a-t-il quelque chose d'autre qui se passe biologiquement (sous la peau) ? La question est vraiment de savoir si la relation entre les chiens et les humains existe sous la peau. Et nous pensons que c'est le cas" (Kim Kelly, étudiante en anthropologie et co-auteur de l'étude.)
http://wamiz.com/chiens/actu/la-salive-des-chiens-bonne-pour-la-sante-des-humains-6144.html
http://soocurious.com/fr/microbes-chiens-bons-maitres/

Article associé : la salive du chien http://journalphilosophoque.blogspot.fr/2015/12/la-salive-de-chien-cest-bien.html

dimanche 13 décembre 2015

Vues g plus


Montrez moi ce que vous chiez, je vous dirai qui vous êtes

Comment allez-vous ce matin ? Une formule peu banale en dépit des apparences !


Les selles ou "faeces" (ou tout simplement la merde) que nous évacuons constituent un signe fondamental de notre état de santé et autrefois, avant tout diagnostic, les médecins les examinaient attentivement ... ce qui ne se fait plus ou rarement*. Du reste, l'expression "comment allez-vous?" signifiait originellement : "comment allez-vous A LA SELLE", autrement dit "COMMENT CHIEZ- VOUS ?" (ou comment avez-vous chié ce matin?) une indication majeure  de notre état de santé. Catherine Kousmine souligne qu’une selle normale ne salit pas l’anus lors de l’exonération. L’utilisation de plusieurs morceaux de papier sur lesquels il y a des matières fécales témoigne d’une selle pathologique. Les vegans, végétariens (ou parait-il, crudivores stricts) ont des selles INODORES et le papier cul ressort pratiquement propre. (Vérifié personnellement, surtout depuis que je suis strictement vegan.)

Ce qui aggrave les choses c'est qu'avec les WC actuels, on ne regarde jamais ses selles. On chie vite fait, gêné de se livrer à des telles abominations, et hop, on tire la chasse avec le papier dessus :  on a honte. C'est l'avantage des WC secs ou de faire popo et de balancer ensuite au compost avec des feuilles dessus. Ça pue peu. (Et de toutes façons, je le met au raz de ma propriété c'est à dire pratiquement chez ma voisine, ça lui apprendra à être honne.)

* Parfois tout de même certains parents amènent d'instinct les selles de leurs enfants aux médecins [comme je le fis pour ma fille, en urgence, à Béclère, (dans un tupper ware !) un jour que je les avais trouvées rouges sang .. (avec un succès moyen, ils ne se bousculaient pas devant le bol que j'avais posé triomphalement sur la table. "Vous dites qu'elle va très bien ? Mais regardez donc ça !") En fait, ils avaient raison même si aucun n'y pensa sur le coup, c'était parce qu'elle avait mangé des betteraves.]
___________________________________

Longueur de l'intestin humain
https://fr.wikipedia.org/wiki/Intestin_gr%C3%AAle

mardi 1 décembre 2015

Un horrible symbole d'une société non moins horrible, des chatons..

They are toys for Christmas (made in China) which represent cute kitten ... made with real fur from real cats !! killed and skinned alive. A strong symbol of our hypocritical society ... who pretends and claims loving animals ... and destroys those who are alive for manufacturing  (toys for children) exactly the same they have tortured and sacrificed for them (and for money). .  toy that innocent children (whose parents sometimes have refused a real kitten  because of the unpleasant obligation to take care of it}, will not consider as it is :  a simple object....  but as a real pet alive.. that they will love as if it was real => schizophrenic society which educates children to become schizophrenic too (so they will be adapted), an education for mental illness ... the virtual being considered real (normal), while the real (animals) is considered unreal, without existence .... and anyone who sees the reality (the kittens slaughtered) is mad. A society that is dying and whose real purpose is the death (and profit) hidden by an hypocrite behavior completely opposite. A crazy society in the true sense of the word.


lundi 30 novembre 2015

images en vrac




Le côlon... une raison de plus d'être vegan !

Le côlon
Voici le cas d'un enfant accablé d'allergies, asthme, eczéma, diarrhées, constipation, infections. L'arrêt du lait, gluten, charcuterie, oeufs, n'a rien changé. Il se trouve qu'il est né par césarienne. Or la composition de la flore intestinale dépend avant tout de la façon dont se déroule la naissance. Dans le ventre de la mère, le tube digestif est stérile,ce n'est qu'au moment de l’accouchement que des bactéries et des levures s'y installent : 72 heures après, le tube digestif contient déjà 1000 milliards de bactéries et levures. D’où proviennent-elles ? De la flore vaginale de la mère... dépendante elle même de sa flore intestinale.. donc une femme qui a une bonne flore intestinale dans les dernières semaines de sa grossesse donnera à son enfant les bonnes espèces microbiennes pour ensemencer son intestin mais si son intestin est contaminé par des espèces opportunistes et pathogènes, le bébé les héritera aussi. Ainsi constate-on que certaines prédispositions aux maladies sont liées à une microflore particulière transmise par les mères à leurs enfants au moment de la naissance. C’est en particulier le cas des lignées familiales d’asthmatiques et d’eczémateux...

Mais si, au cours des derniers mois précédant l’accouchement, la mère régénère sa microflore, son enfant ne sera pas porteur d’une microflore induisant de l’eczéma ou/et de l’asthme, préservant le nouveau-né d’une déficience.
Sauf qu'un bébé né par césarienne n'a eu aucun contact avec la flore de sa mère et il a alors reçu la microflore de l'environnement, (souvent hospitalier et riche en bactéries résistantes aux antibiotiques.)
=> conséquences graves si cela n'est pas corrigé à temps.
Pour les femmes accouchant par césarienne, il faut ensemencer le tube digestif du bébé dès la naissance (sachant que même une bonne flore intestinale à la naissance peut se déséquilibrer par la suite.)

Un tube digestif mal entretenu, peuplé de bactéries et de champignons opportunistes et pathogènes (en particulier Candida albicans) est pollué par des aliments mal digérés et risque de se retrouver encombré par des matières fécales nauséabondes et toxiques. Ce phénomène est facteur de déséquilibres et de troubles de gravité variable, constipation rebelles, ballonnements, diarrhées, inflammations diverses, altération de la peau, instabilité d'humeur (ou maladies plus graves comme une colopathie fonctionnelle, diarrhée sanglante ou cancer du côlon). Lors d'une autopsie, il n'est pas rare de constater que le côlon est fortement encombré par des excréments. Un intestin malpropre, c'est le risque d'une immunité déficiente (maladies infectieuses et inflammatoires touchant les sphères digestives, respiratoires, urogénitales), plus des troubles émotionnels : ce sont les cellules de l'intestin qui produisent 80 % de la sérotonine (l'hormone de la bonne humeur) qui se trouve dans notre corps.
=> L' intestin est notre "deuxième cerveau".

Entretenir le tube digestif
On trouver partout sur Internet des offres plus ou moins honnêtes pour des produits visant à nettoyer le tube digestif. Mais l'intestin n'est ni une cheminée qu'on ramone, ni une tuyauterie qu'on débouche. C'est à la fois plus subtil et plus simple :
normalement, on ne devrait rien avoir à faire : une armée de 100 000 milliards de micro organismes (cent fois plus nombreux que les cellules de notre corps) peuplant notre côlon, nuit et jour le protègent, le nettoient, et empêchent les bactéries et levures nuisibles de s'y développer, en occupant la place....  C'est la "flore intestinale" ou le "microbiote" (formé d'au moins 200 espèces) qui cohabitent comme dans un jardin, un ensemble qui nous est aussi personnel que nos empreintes digitales et qu'il faut entretenir, réensemencer régulièrement, dont on doit éliminer les mauvaises herbes etc... Si on le laisse à l'abandon, le parc à l'anglaise peut se transformer en dépotoir nauséabond, refuge d'espèces nuisibles qui causent des maladies.

Les mauvaises odeurs des selles  ne sont pas normales.
La principale fonction du côlon est de fermenter les aliments incomplètement digérés pour en extraire les derniers nutriments et les faire passer dans le sang. Lorsqu'il est sain il ne laisse que des déchets inutilisables qui sont évacués régulièrement et ne dégagent PAS DE MAUVAISES ODEURS!
Par contre, en présence de bactéries et de levures nuisibles, le transit perturbé entraînant constipation ou diarrhée, les résidus alimentaires deviennent très malodorants. De plus, le corps n'extrait plus les nutriments de façon optimale (d'où des carences..) Cette flore nuisible produit aussi du gaz carbonique, du méthane et de l'hydrogène en abondance (poches de gaz flatulences ballonnements  -impression d'exploser-) et du sulfure d'hydrogène très malodorant (et à haute dose, mortel).

La flore intestinale se détermine dès la naissance et peut se rompre.
Après la naissance, l’équilibre de la microflore intestinale est en continuelle évolution, un équilibre dynamique qui peut être rompu par différents facteurs endogènes et exogènes : facteurs endogènes (issus de l'intérieur du corps) : un déficit immunitaire, une maladie métabolique discrète, une opération chirurgicale, inflammation, constipation chronique etc.. entraînent une modification de la flore intestinale.
Facteurs exogènes (issus de l'extérieur du corps) : alimentation déséquilibrée, contamination par des métaux lourds, des pesticides utilisés en agriculture et des additifs alimentaires antimicrobiens, infection, stress intense, traitement aux antibiotiques, vaccination, peuvent contribuer à laisser la place aux germes opportunistes. (Troubles de la digestion, infection).. graves.

Comment entretenir et améliorer sa flore intestinale?
Les bactéries intestinales qui ont un effet positif sont dites "probiotiques" (favorables à la vie). (note, anti biotique signifie donc le contraire?!!) Elles stimulent le système immunitaire, réduisent les allergies, apaisent les inflammations de l'intestin, empêchent la production de toxines susceptibles de surcharger le foie, améliorent le transit intestinal etc.
D'autres sont opportunistes ou pathogènes, susceptibles de déclencher des problèmes de tous ordres, dont les allergies, les mycoses et même certaines maladies graves.
Parmi les mycoses, la candidose provoquée par Candida albicans est redoutable car elle provoque une altération de l’immunité qui ouvre la porte à d’autres affections. Il faut donc favoriser, par l'implantation, les bonnes espèces  et empêcher les pathogènes.Comment?

Réduire la consommation d'aliments concentrés
Les aliments concentrés tels que la viande, les fromages, certaines graisses (beurre, huile de tournesol, de maïs, de soja ou de carthame) et les sucres simples doivent être consommés avec modération (ou pas du tout) car ils sont susceptibles de provoquer une rupture de l’équilibre de la microflore. Or, depuis les années 1950, la consommation des aliments concentrés, par exemple, les sucres simples (saccharose, fructose, maltose, lactose, glucose)... n’a cessé de croître avec le développement des maladies dites de "civilisation" : troubles cardio vasculaires, digestifs, métaboliques, nerveux, ostéoarticulaires, etc.

Tous les aliments sucrés ou qui se transforment rapidement en sucre simples (y compris les jus de fruit), favorisent la prolifération d’une flore fongique qui altère l’immunité, induit le risque de diabète, d’obésité, d’accidents cardiovasculaires et de tous types de cancers. La forte consommation de sucre produit de l’hyperglycémie, puis de l’hyperinsulinémie qui va stimuler la formation de tumeurs. On consomme en moyenne 40 kg de sucre par an, soit environ 110 grammes par jour, chiffre est dangereusement élevé qui devrait être réduit au minimum des trois quarts, (en dessous de 10 kg par an.) Idem pour la viande et des produits laitiers. Priorité aux fruits, légumes et céréales complètes, baies, noix. Très peu voire pas de viande, de produits laitiers (ou prioriser le lait de chèvre et de brebis) et pour les huiles végétales, préférence à l’huile d’olive, de noix, de colza) et très peu de sucreries.

Et davantage de fibres, qui sont des prébiotiques.
L'alimentation trop riche en produits concentrés (viande, fromage, graisses et sucreries), est aussi pauvre en fibres. Si les fibres alimentaires ne sont pas des nutriments essentiels, elles sont indispensables à l’entretien de notre flore intestinale qui s'en nourrit et les transforme en acides organiques, qui protègent et régénèrent la muqueuse intestinale. Souvent solubles, elles sont apportées majoritairement par les fruits de saison bien mûrs et une grande variété de légumes (priorité aux crucifères : choux, brocolis, légumes dont la fleur a quatre pétale en croix). Bio, ils ne contiennent pas de pesticides (cancérigènes) et de conservateurs (antibactériens et antifongiques qui altèrent la flore intestinale).

Des produits lactofermentés (note : "lacto" ne signifie pas ici "lait")
Toutes les semi-conserves fermentées contiennent des bactéries du groupe lactique. Intuitivement, nos ancêtres avaient compris que les produits lactofermentés se conservaient bien et que leur consommation était bénéfique. Depuis le début du siècle dernier, des microbiologistes ont mis progressivement en évidence que certaines bactéries qui se développent spontanément dans les produits lactofermentés ont des caractéristiques probiotiques. La choucroute consommée depuis l'époque des Romains, le chou fermenté un plat important dans la cuisine d'Europe centrale, le jus de betterave rouge en Pologne qui forme la base du plat national qui constitue le Borsch (soupe de betterave rouge) le "Kimshi" de Corée etc.. Carottes, aubergines, oignons, concombres, olives,  cornichons, betteraves rouges,  navets, etc (comme la plupart des légumes) peuvent être consommés sous cette forme (par lactofermentation) et peuvent ainsi être conservés (mais de plus en plus l'industrie agro-alimentaire les conserve dans des saumures ou du vinaigre ou les stérilise après la fermentation, ce qui détruit les bactéries.) La bière actuelle, bien que fermentée, est le plus souvent pasteurisée et contient très peu de bactéries et de levures.

Les laits fermentés, en revanche, sont tous riches en probiotiques (yoghourt, kéfir) mais à condition d'être faits avec du au lait de chèvre, de brebis ou de jument, le lait de vache générant souvent des intolérances (manifestations inflammatoires, rhinite, sinusite, arthrite, arthrose, etc.) est à éviter.

Il faut aussi suffisamment mâcher et imprégner les aliments de salive, notamment ceux riches en amidon (céréales, fruits et légumes), la première phase de  digestion a lieu dans la bouche sous l’effet de l’amylase de la salive et évite une fermentation intestinale incomplète, source de troubles digestifs.

Pas d'eau chlorée
Le chlore ajouté à l'eau du robinet tue les germes nuisibles qu'elle peut contenir mais aussi dans le tube digestif indifféremment, les mauvais et bons micro organismes. Évitez aussi tout contact avec des substances bactéricides (qui tuent les bactéries) ou fongicides (qui tuent les levures et champignons), y compris dans les produits de lavage, pour désinfecter (les mains et la peau) qui de même tuent indifféremment les bonnes et les mauvaises souches microbiennes. (la peau et les organes sexuels sont aussi couverts d’une microflore qui s’oppose aux germes nuisibles qu'il faut préserver.)
La microflore de protection va ainsi d'elle-même se rééquilibrer.


Chats en "peluche" faits avec de vrais chats écorchés..


http://protectionanimale.tripod.com/catsdogs.htm

Jouets chats peluche pour lesquels on a sacrifié des chatons vivants le symbole de notre civilisation de délire.! http://images.google.fr/imgres?imgurl=http://www.lametropole.com/assets/application/files/chiensfourrure.jpg&imgrefurl=http://www.lametropole.com/blog/elaine-sirois/vente-de-peaux-de-chats-et-de-chiens-harper-ferme-les-yeux&h=800&w=690&tbnid=flKGYUe3ZYnbDM:&docid=Of64mSFkTevs6M&ei=umlcVp_zK8SxPImDl6gN&tbm=isch&iact=rc&uact=3&page=6&start=57&ndsp=13&ved=0ahUKEwifuLXiubjJAhXEGA8KHYnBBdUQrQMI4wEwPw

vendredi 27 novembre 2015

Images en vrac, chiens, toilette (brrr) et... toupie hélas !! une journée dans la vie d'une femme...









Toupie !!! bétonnage bétonnage... celle ci bloque la route, en équilibre sur le rocher... tombera tombera pas ? Sauf qu'il y a un gus dedans.... de des gens (dont moi) dessous !!

Parce que c'était moi


Diesel, petite chienne vive, joueuse
Au regard malin mais sérieux,
Joyeuse confiantetu as obéi
A ton maître, ton Dieu : un jeu..
Un peu violent.. Et puis..
Ballade au bois
Tous les deux en amoureux
Comme toujours après.

Mais non, petite, cette fois,
C'est à la mort qu'il t'envoyait.
Ce n'était pas un jeu.
Près de lui tu es revenue mourir 
Mission accomplie. Éclatée. 
Non petite, tu n'iras plus au bois.

As-tu souffert longtemps ma jolie?
A l'âge de la retraite, as-tu été sacrifiée ?
Aurais-tu fini paisiblement avec lui? 
Ou sous la piqûre d'un boucher?
Une héroïne ? Non. Juste une chienne..
Qui a donné sa vie.

Pardonne nous, petite chienne ..
Ce maître, tu l'as sauvéil a pleuré mais...

Ce soir, j'ai honte d'être humain/e.
Qu'on vous mange et se cache..
Derrière vousvous abattela religion (!)
Et puis... quand la terre se fâche,
Vous réclame à l'unisson !
"Mon royaume pour un/e chien/ne, 
Vite ! Sous terre j'entends gémir !" 
Richard III version iranienne..

Adieu petite, puisses-tu devenir 
Symbole pour tous les tiens.
Et honte à tous les humains..
Ce soir tant j'ai de chagrin 
Que je ne peux dire "je suis ce chien"..

_________________

Loin... mon amour, si loin...
Des yeux.. et si près du cœur
Pourtant. Catharsis et chagrin
Mais c'est ainsi et c'est bien...
Même si parfois je pleure  ..
(Mais pas seulement pour toi)
Une vie qui jamais ne sera
Et qui peut-être jamais n'a été
Mais persiste toujours, enjolivée
Dans mon cinéma intérieur...
Qu'elle illumine, surimprimée.

Que ma joie demeure.
Même virtuelle.
Chienne d'assaut pour Lydie, 
Comme Diésel,
En morceaux éclatée,
Pourquoi, comme elle, 

M'as tu haïe ? Jetée au combat?
Puis abandonnée aux chiens humains ?

Parce que c'était moi,
Ma belle, l
a solitude qui est mienne...
Me blesse et me panse à la fois
D'un passé qui ne fut pas..
Et
jamais ne reviendra  ...

(Mot terrible, jamais!)
Mais ici on ne m'atteindra pas
JAMAIS. Mot béni, jamais!
Ni Lydie ni toi ni Ali ni.....
La vie 
de fureur et de bruit..

Veillent mes chiens :
Les chiens du chien (!) oui, catharsis..
Merci mes compagnons, mes gardiens.
Vous aussi étiez abandonnés..
Et vous aussi m'avez adoptée
Sans regarder au grain,
Me soupeser, me jauger..
Talentueuse et tout terrain,
Dure, mais jolie et marrante..
Solide, peu coûteuse en entretien 
Mais parfois ironique, arrogante, 
Des ratés à l'embiellage, 
Et cale en côte... dommage..

Juste... parce que c'était moi.

jeudi 26 novembre 2015

Poème à Diesel

Diesel, jolie chienne aimante
Au regard à la fois malin et sérieux,
Tu as obéi, joyeuse, confiante,
A ton maître, à ton Dieu : un jeu
Comme d'hab et ballade au bois..

Mais non, petite, cette fois,
Ce n'était pas un jeu.
Tu es revenue, comme Akil, 
Mourir près de qui t'avait lancée.
Mission accomplie.

As-tu souffert longtemps ma belle?
A l'âge de la retraite, as tu été sacrifiée ?
Aurais-tu fini au pré, heureuse..
Ou sous la piqûre d'un boucher?
Une mort d'héroïne Diesel, 

Pardonne nous, ma petite..
Ce maître, tu l'as sauvé..
Et il a pleuré mais.. il a accepté..

Ce soir, j'ai honte; qu'on vous mange et se cache
Derrière vous .. qu'on vous abatte... la "religion" (!) 
Et puis... Allah, Jéhovah, quand la terre se fâche,
Vous réclame et supplie à l'unisson... 
"S'il vous plaît, mon royaume pour un/e chien/ne, 
Sous terre j'entends quelqu'un gémir" 
Richard III !! version iranienne...

Adieu petite, puisses-tu devenir 
Symbole pour tous les tiens.
Et tous les crétins..
Ce soir tant j'ai de chagrin ..
Oui et sans images je suis ce chien..